Plein de ressources LGBTI+ !

Mercredi est sortie une vidéo qui parle de coming-out, plus précisément une vidéo dans laquelle je te donne cinq conseils pour faire ton (ou plutôt tes) coming-out à ton entourage. J’ai demandé aux personnes qui me suivent sur mes réseaux sociaux de partager les ressources LGBTI+ qu’iels connaissent, que ce soit des événements, des assos, des groupes facebook, des serveurs discord… voici une liste complète de tout ce qui est ressorti ! Si tu connais d’autres ressources, n’hésite pas à les poster en commentaire et je les ajouterai à la liste. Tu peux également partager cet article et liste autour de toi pour permettre aux personnes qui ont besoin de trouver leur(s) communauté(s) et former des liens avec d’autres personnes LGBTI+.


🇫🇷 France

🏠 Lieux

🍵 Événements

Lire la suite « Plein de ressources LGBTI+ ! »

(encore) une journée de crise

J’ai mis deux jours à écrire cet article puis le relire, alors quand je dis « ce matin », on n’est plus vraiment « ce matin ». Mais j’ai gardé cette formulation parce que c’est bien plus pratique et fluide, et que « ce matin » peut malheureusement être n’importe quel matin en ce moment.

Cela va bientôt faire deux semaines que la vie est très compliquée. Aujourd’hui, c’était vraiment dur. Et je pense qu’écrire un peu sur cette journée absolument pourrie et injuste me ferait du bien.

Ça n’est pas non plus comme si mon quotidien habituel était fait de pétales de fleurs qui ne fanent jamais et de petits oiseaux qui chantent en virevoltant gracieusement autour de moi, mais j’arrive en général à faire avec ce que j’ai et à me bricoler un quotidien qui me convient un minimum. J’ai mal, chaque jour qui passe, ça ne change pas. La douleur prend différentes formes, plus ou moins supportables, plus ou moins acceptables, mais elle est toujours là. En particulier, ces deux derniers mois, mon système digestif m’en fait voir de toutes les couleurs. Merci la morphine sans qui je serais en permanence un petit tas de larmes et de tremblements incontrôlables. C’est quelque chose de particulièrement fantastique, d’avoir une maladie chronique qui impacte absolument tout ton corps : on trouve la solution à un problème, on le stabilise du mieux qu’on peut, tu te dis que ton état va s’améliorer mais non ! Surprise ! Ton corps trouve encore une façon de tomber en miettes. Mais même avec ce système digestif qui ne veut pas fonctionner et m’a fait découvrir les urgences de ma ville il y a deux semaines, j’arrivais à peu près à faire ce que je voulais. Une partie ce que je voulais. Un petit bout.

Lire la suite « (encore) une journée de crise »

6 conseils pour survivre aux fêtes de fin d’année

Cet article est la version écrite de la vidéo qui porte le même nom : 6 conseils pour survivre aux fêtes de fin d’année. Il reprend les nombreux conseils que j’aborde à l’oral, pour les personnes qui préfèrent les articles de blogs. Voici donc mes six astuces pour que ta période des fêtes soit la moins éprouvante possible.


Faire des choix

Il faut que tu apprennes à dire non et que tu fasses passer ta santé en priorité.

Ça n’est pas évident et tu vas réussir petit à petit, ça ne sert à rien de t’en vouloir et de te culpabiliser si tu n’y arrives pas du premier coup : année après année ce sera de plus en plus simple. Ce qui peut aussi t’aider, c’est d’être entouré par des gens qui font attention à eux de la même façon. C’est tout de suite bien plus compliqué quand autour de nous tout le monde force, au détriment de leur santé.

Il n’est pas possible de tout faire, surtout si tu as beaucoup de propositions dans tous les sens, que ce soit des différentes parties de ta famille, de ta belle-famille, de ta famille éloignée, de tes différent-es ami-es ou groupes d’ami-es…

Pour t’aider à faire tes choix, voici plusieurs choses auxquelles tu dois réfléchir :

  • avec qui tu as envie d’être durant cette période
  • qui est-ce tu peux voir uniquement à ce moment de l’année
  • qui saura mieux respecter tes besoins et ta fatigabilité
  • quel événement sera le moins épuisant et le plus accessible
  • quel rythme tu peux et veux tenir, plusieurs petites fêtes ou une grande ?

La décision finale est la tienne, c’est à toi de voir à qui dire oui et à qui dire non. Dans certains cas, c’est même possible de dire “peut-être” et de voir les modalités de ce “peut-être” avec la personne qui reçoit chez elle.

Lire la suite « 6 conseils pour survivre aux fêtes de fin d’année »

Mon Matthieu a failli mourir

C’est la première fois que je vous parle directement, donc bonjour les gens, c’est le deuxième humain, ravi de faire votre connaissance !

Avec Matthieu on a eu une grosse frayeur il y a quelques semaines, vous avez du voir sa vidéo sur le sujet, mais grosso modo on a appris que depuis environ 2 deux ans il fait de l’insuffisance corticotrope, et donc qu’il était en train de mourir tout doucement sans qu’on s’en rende compte.

Ça fait un peu bizarre je vous cache pas.

La réalisation s’est faite petit à petit, déjà après le rendez-vous chez l’endocrino, quand elle a rappelé le soir même en disant « il y a un problème avec le cortisol, dès demain matin il faut prendre un traitement, dès demain matin c’est très important, c’est vraiment TRÈS important que ça traîne pas, ça doit commencer demain matin ». Contre toute attente je me suis pas dit que quelque chose clochait, ça m’a semblé être la routine, et pendant les deux-trois semaines on l’a traité comme ça, comme quelque chose de basique, juste un médicament en plus pour ce que ça change.

Puis deuxième aller-retour à l’hôpital, cette fois-ci pour une hospitalisation de quelques jours (là non plus ça m’a pas mis la puce à l’oreille, je me suis juste dit que c’était plus pratique de garder Matthieu plusieurs jours pour pouvoir faire un check-up complet), où l’endocrino a enfin tout expliqué : il y a deux hormones vitales dans le corps, et le cortisol c’est une de ces deux hormones, donc sans cortisol on reste pas en vie quoi.

Lire la suite « Mon Matthieu a failli mourir »

Épuisement cognitif et maladie chronique

[Petit paragraphe sur l’épuisement cognitif lié à la maladie chronique, au départ écrit sur twitter mais je pense important de le partager ici aussi]

Une des conséquences de la douleur et de l’épuisement lié à une maladie chronique, c’est l’esprit plein de brouillard.
Ça fait quelques jours que, passé 18h, j’ai beaucoup de mal à parler à l’oral, à réfléchir ou à gérer les mouvements de mon corps.

(je ne parle pas de ça pour des conseils ou du soutien, j’ai tout ce qu’il me faut, mais pour que d’autres personnes malades se sentent moins seules, et que les personnes valides apprennent, un peu)

Par exemple, ce soir, je ne suis plus capable de faire une phrase à l’oral. Les mots se mélangent et refusent de sortir. Au mieux j’arrive à prononcer un ou deux mots, souvent partiellement, en avalant des syllabes. L’écrit est possible parce je peux prendre mon temps et que je peux me relire si j’oublie de quoi je parle. Ce qui arrive beaucoup, surtout quand je vais mal.
J’entends et je vois parfaitement, mais c’est quand il faut réagir, bouger ou parler que ça coince.

Lire la suite « Épuisement cognitif et maladie chronique »

« Je ne suis pas ta leçon de vie » – cagnotte participative pour badges et t-shirts

Tu connais le principe du café suspendu ?

Dans certains restaurants ou cafés, il est possible d’acheter un café d’avance : comme ça, une personne qui n’a pas les moyens de se payer un café peut tout de même en bénéficier. Et c’est maintenant possible de faire de même pour la campagne de t-shirts et de badges « Je ne suis pas ta leçon de vie » !

J’ai créé une cagnotte pour que les personne qui peuvent fassent des dons, et un formulaire pour que les personnes qui ont besoin fassent une demande.

Qui peut s’inscrire dans le formulaire ?

N’importe qui, tant que cette personne n’a pas les moyens de mettre de l’argent dans un t-shirt ou un badge. Je ne demande aucune preuve et je fonctionne sur la confiance, essayer de déterminer des paramètres selon lesquels quelqu’un serait « assez » précaire pour participer va juste décourager les personnes précaires en les faisant culpabiliser et ne freinera pas les faudeur•euses.

Du coup, je considère que les personnes qui auraient largement les moyens mais qui font tout de même une demande se débrouilleront avec leur conscience.

Et surtout, si tu es une personne précaire, les questions à te poser pour faire une demande dans le formulaire est : est-ce que faire un achat de badge ou t-shirt posera soucis dans ton budget ? Est-ce que c’est un luxe pour toi ? Est-ce que recevoir un badge ou un t-shirt te ferait plaisir ?

Je sais que le syndrome de l’imposteur est très présent, mais cette cagnotte est justement faite pour les personnes précaires qui auraient du mal à faire cette dépense, et je ne demande aucune preuve ou justification.

Lire la suite « « Je ne suis pas ta leçon de vie » – cagnotte participative pour badges et t-shirts »

Queer handicapé•e : les t-shirts & tote bags !

Depuis que j’ai bricolé mon affiche géniale pour la Marche des Fiertés de juin dernier, je n’ai qu’une idée en tête : l’avoir en t-shirt. Parce que les t-shirts militants c’est tout de même assez cool.

J’ai enfin pris le temps de redessiner un peu le visuel et permets-moi de te présenter mes t-shirts et tote bags ! Tote bag, c’est le nom moderne et anglais pour dire « un sac tout simple en coton et on en a jamais assez ».

Après avoir comparé à peu près tous les sites disponibles j’en ai choisi un qui permet de lancer des campagnes : les t-shirts et sacs sont disponibles pour une durée limitée et seront ensuite tous fabriqués et envoyés par le site.

Le seul soucis c’est qu’ils n’offraient pas la possibilité du prix libre, pourtant éthiquement c’est ce qui me convient de plus en plus : je mets ce que je fais (pour l’instant les badges et fiches) au prix de production et ensuite chacun•e ajoute ce qui est possible pour me faire une marge et soutenir mon travail, selon ses moyens.

Pour palier à ce soucis, j’ai fait deux prix :

  • Le moins élevé (17.3€ pour les t-shirts, 13.5€ pour les sacs) est le minimum que je pouvais mettre, ce qui comprend le coût de production et une marge pour le site, mais pas pour moi. Plus le nombre d’exemplaires vendu est élevé, plus le prix de production diminue, ce qui me fait une petite marge (de l’ordre de quelques centimes par vente).
  • Le plus élevé (25€ pour les t-shirts, 20€ pour les sacs) est un prix qui me fait une marge de quelques euros, c’est une possibilité pour toi de me soutenir si tu en as les moyens. Je ne vois pas qui a acheté quelle version, c’est vraiment à toi de voir selon ce que tu peux et veux faire !

 

> Les t-shirts et sacs seront disponibles jusqu’au dimanche 18 Mars <

(et ils sont disponibles en plein plein plein de couleurs différentes)

 

(Le visuel de juin est disponible librement et gratuitement sur le blog, tu peux l’imprimer, en faire des pancartes, des t-shirts, des broderies, des autocollants, des décorations pour pots de plantes ou maisons de lapin•es…)

T-shirt Queer Handi Blanc
> 17.3€ <  / > 25€ <

zone1_image_705989
> 17.3€ < / > 25€ <

zone1_image_705722
> 17.3€ < / > 25€ <

zone1_image_705768
> 17.3€ < / > 25€ <

zone1_image_714443
> 13.5€ < / > 20€ <

zone1_image_714387
> 13.5€ < / > 20€ <

zone1_image_714481
> 13.5€ < / > 20€ <

zone1_image_714530
> 13.5€ < / > 20€ <

 

Queer et handicapé•e, ma pancarte pour les marches des Fiertés

Ce samedi se tenait la 40ème Marche des Fiertés de Paris et la veille la 3ème Pride de Nuit. Pour ces occasions, je me suis fait une magnifique affiche qui m’a demandé six heures de travail. Oui, six heures. Et encore, je ne compte pas le temps de réflexion préalable, uniquement la durée de réalisation.

Il m’a fallu trouver une police de caractère, estimer la taille de chaque mot pour qu’il se place harmonieusement avec le reste, décalquer chaque lettre sur une feuille de papier, découper, tracer sur le carton, gommer et repositionner parce que ça n’allait pas, recommencer, être enfin satisfaite du résultat, sortir la gouache, m’installer par terre, m’appliquer après de longues années sans art plastique pour ne pas déborder, galérer, avoir mal aux mains, faire les six couleurs les unes après les autres, faire un contour au stylo bic, y passer plus d’une heure parce que le trait n’était pas assez épais, me rendre compte que je n’avais pas mis le drapeau bi, sortir à nouveau la peinture, faire des mélanges, repasser doucement pour ne pas mélanger la peinture noire à mes jolies couleurs…

Mais le résultat en valait la peine, je te présente donc mon joli panneau ♥

QueerHandi

Lire la suite « Queer et handicapé•e, ma pancarte pour les marches des Fiertés »

[Témoignages] Quand la douche est compliquée

Voici une liste de témoignages de personnes ayant un rapport compliqué avec les douches quotidiennes, pour des tas de raisons différentes.
Pour avoir un peu de contexte et voir la vidéo c’est par ici !

Coucou, je voudrais parler du problème de la douche. Je vis dans un logement inadapté depuis 2 ans, et j’ai une baignoire, pas de douche. C’est très très galère. Il y a des jours où je n’arrive pas à entrer dans la baignoire. Je ne peux pas faire sans me laver, car sinon j’ai des problèmes de peau, de cuir chevelu etc.
Quand j’ai de grosses difficultés, mon mari m’aide à me laver, je ne suis pas pudique avec lui, donc ça ne me gêne pas. Mais c’est frustrant de ne pas avoir plus d’autonomie.

Perso, je dois prendre des bains parce que la douche me demande d’être debout et que ça me fatigue très facilement. Et être dans l’eau soulage mes jambes et la douleur donc ça m’aide aussi. Si je prends une douche, je ne peux pas y rester longtemps et il m’est difficile de trouver ça agréable. Le bain, d’un autre côté, m’est plus facile d’accès en un sens puisque je peux m’asseoir/m’allonger dans la baignoire. Heureusement, il y a une baignoire chez mes parents et je prends donc des douches uniquement quand je suis chez des ami-e-s. Pas très écolo ces bains quotidiens, je l’admets …

Lire la suite « [Témoignages] Quand la douche est compliquée »

Les gens me fatiguent

(surtout lorsqu’ils parlent fort)

Non, je ne vais pas te parler des gens intolérants, des gens qui détestent les autres parce qu’ils et elles ne leur ressemblent pas assez, des gens valides qui se garent sur les places pour les personnes à mobilité réduite alors qu’ils pourraient marcher un peu plus, ou encore des gens qui me portent aux nues parce que je suis une pauvre petite handicapée qui fait tant de choses, tout en crachant sur celles et ceux qui vivent leur handicap autrement et osent être tristes et rester au fond de leurs lits.
Je ne te parlerai pas de ces gens là, même s’il le faudrait, même si ce ne sont pas les choses à écrire qui me manquent. Non, ce soir, j’utilise ma concentration et l’énergie des muscles de mes doigts pour te parler des gens avec qui je discute et des gens que j’aime – même si, très souvent, ils me fatiguent.

J’ai eu cette idée d’article, comme beaucoup d’autres idées d’articles d’ailleurs, durant ma douche.
Si jamais tu bloques sur un truc, que tu as la tête pleine de plein d’idées qui se percutent les unes les autres et qui parasitent complètement ta pensée, si jamais tu n’as aucune inspiration pour rien, que tu es triste, que tu es fatigué.e, va prendre une douche ou un bain. Ce qui est chouette aussi, c’est d’avoir un petit gel douche parfumé ou un petit truc qui fait des bulles dans le bain et qui sent bien bon -le top du top étant que ça mette aussi de la couleur dans l’eau, là c’est le paradis sur terre. Prends le temps, barbote un peu, et tes pensées se rangeront doucement et laisseront de la place pour de nouvelles idées.
Voilà, c’était la minute « prends soin de toi et ton corps et ton esprit te le rendront » (« et même s’ils ne te le rendent pas comme tu le voudrais prends soin de toi c’est très important »). C’est important.

Lire la suite « Les gens me fatiguent »